AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM EN RECONSCTRUCTIONNNNNS 8D

Partagez | 
 

 Never judge a book by its cover - UNDERCO.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Je suis
† Invité †




MessageSujet: Never judge a book by its cover - UNDERCO.   Sam 21 Avr - 22:38


‣LUCAS ISAAK MAUDRECK



White Rabbit from Are you alice ?

« Vous n'êtes que des pions que je déplace sur mon échiquier »

✖ Surnom : Gamin, Nabaud, Gringalet et bien d'autre surnom faisant référence à sa petite taille.
✖ Sexe : Malgré ces airs d'androgyne, Lucas est un vrai petit garçon.

✖ Age : 300 ans et des poussières. On dirait pas hein ?
✖ Orientation sexuelle : Indéfinie. Ce genre de chose ne l'intéressent pas vraiment. Il faut dire qu'il préfère se concentrer sur son travail et faire passer le bonheur de Magdalena avant le sien. Et puis, vu sa taille et son apparence générale, il lui serait difficile de mener une vie de couple normale.

✖ Race : Quelque chose qui a des canines pointues et qui vie la nuit. Et un sang pur en plus de cela.
✖ Groupe : White Lights

✖ Power : Contrôle des ombres et Hypnose.
✖ Arme : Il aurait pu opter pour une arme à feu, de fin coutelas, quelque chose de discret. Mais non. Monsieur a choisi de ne pas faire dans la dentelle en se servant d'une longue hache. Néanmoins, afin de donner un côté un peu plus sophistiqué à cette arme barbare, Lucas l'a fait parer d'un somptueux manche noir à la surface lisse et luisante au bout du quel se trouve une pointe en fer ornée de quelques ronces, crânes et roses, très pratique quand on ne veut pas trancher mais empaler ou transpercer.
✖ Métier : Espion


† Body description †



✖ Point fort : TEXTE
✖ Point faible : TEXTE




† Psychology of this person †



LE MASQUE

Qui aurait pu croire que l’innocence existait encore en ces lieux perverti par la guerre ? Il semblerait le sang n’ai pas taché toutes les mains et que la violence et la folie ne se soit pas emparées de tous les esprits. Au milieu des ruines et des corps calcinés par la haine et détruit par les batailles, une fleur aux pétales immaculés à réussir à s’épanouir.
Mignon, gentil, jamais vous ne verrez un petit garçon aussi aimable ! Ce Lucas, c’est une crème, tout ce qu’il y a de plus doux mais aussi de plus sensible. Un rien l’attriste et le fait pleurer. Tâchez donc de le préserver des sensations fortes et de ne point le mettre dans une situation dangereuse ou terrifiante. Peureux et craintif comme il est, il détalerait aussi vite qu’un lapin !
Comme tous les enfants, Lucas est quelqu’un de très actif mais aussi un grand amateur de jeu ! Il peut donc s’avérer être assez malicieux et vous jouer deux trois tour – mais rien de bien méchant, ne vous en faites pas. Dans ces petits moments d’euphorie, il sera presque impossible pour lui de rester immobile, tant pris d’une bougeotte incontrôlable ! Armez-vous donc de patience ou rentrez dans son jeu, rien ne lui ferait plus plaisir que de s’amuser un peu avec quelqu’un qu’il apprécie.
Mais le jeune albinos est avant tout le confident parfait. Capable de protéger n’importe quel secret, même les plus lourds, il se fera un vrai plaisir de vous écouter des heures durant. De plus, son visage de poupon ne peut que lui donner l’air d’un être de confiance à qui l’on pourrait tout dire.

LA VERITE

Et si je vous disiez que tout cela n’est que mensonge ? Que cette identité montée de toute pièce n’est qu’une façade, qu’une toile tissée pour emprisonner ses victimes et les mener à leur mort ? Non, Lucas est loin d’être ce petit garçon si gentil et innocent que vous avez rencontré au détour d’une rue. Derrière ses sourires d’anges se cache un démon, un grand méchant loup aux crocs acérés prêt à vous dévorer dès que le moment propice se présentera. Car oui, en plus d’être le plus grand hypocrite que le monde ait jamais connu, le nosferatu est aussi un grand profiteur, un manipulateur et un arriviste de première classe ! Jouer avec vos sentiments ne le dérange en aucun cas. Pour lui, vous n’êtes qu’un pion, qu’une marionnette dont il manipule les ficelles. Qui que vous soyez, il n’hésitera pas à abuser de vous pour parvenir à ses fins et faire sourire sa maîtresse, car pour lui il n’y a que Magdalena qui compte. Les autres ne sont qu’un tas d’insecte qui peuvent bien crever. Vous l’aurez compris, la société, il la méprise ! Plus hautain que lui, vous ne trouverez pas. Il vous le dira lui-même, vous serez toujours plus stupide, plus inutiles ou plus faible que lui. Il n’hésitera pas un instant à vous rabaisser si c’est pour se valoriser ou même pour son simple et bon plaisir. A vrai dire, écraser les autres et quelque chose qui lui plait. Il aime vous voir grimacer, il adore admirer votre visage se tordre de rage à l’entente de ses insultes. Se rendre compte qu’il a frappé là où ça fait mal le met en extase. Bref, vous torturer aussi bien physiquement que mentalement est une vraie jouissance pour lui.
Méprisant et méprisable, on pourrait le qualifier de « tête à claque », car croyez-moi, le jour où vous prendrais connaissance de sa vrai nature, votre main vous démangera. Peu sont les gens qui l’apprécie et ça, il s’en fiche bien. Il préfère être crains qu’être adoré. N’essayez donc pas de lui lécher les bottes ou il pourrait vous les carrer en plein milieu de la figure. Même s’il en est un, il déteste les hypocrites ou ceux qui savent parler plus haut et plus fort que lui. C’est que monsieur est vrai coq, il lion qui ne voudrait pour rien au monde être dominé, il a son honneur mais aussi son orgueil ! Piétinez-le, crachez-lui au visage, il vous le rendra au centuple. Et si jamais vous aviez le toupet de le ridiculiser devant sa bienaimée Magdalena ou que vous le dépassiez, il se ferait un malin plaisir de vous renvoyer tout en bas de l’échelle ou de vous faire payer chaque jour de votre misérable vie cet affront que vous lui avait fait subir.
La vertu ? Qu’est-ce ? La façon de penser des faibles. Lucius hait ce genre de simples-d ’esprit qui pensent que la bonté peut guérir les maux de l’humanité. Les optimistes, les bien-pensants, il briserait volontairement tous leurs idéaux devant leur pauvres petits yeux inondés de larmes s’il le pouvait. Pour lui, on ne peut arriver à rien s’il on pense qu’avec deux trois mots doux et de bonnes intentions on peut régler un conflit mondiale. Il faut d’ailleurs par les temps qui courent être bien bête pour croire à ce genre de bêtises. Notre espion est avant tout quelqu’un de réaliste. Il n’est pas du genre à se bercer d’illusions pour se réconforter, mais à affronter la vérité, aussi douloureuse soit-elle.
L’amour ? Il préfère la rage. Le seule personne qu’il chérie vraiment est Magdalena. Pourquoi ? Parce qu’elle a redonné un sens à sa vie et qu’à ses yeux, c’est l’être parfait. Ils partagent la même vision du monde et des êtres vivants. Elle est la seule chose qu’il respecte vraiment. Néanmoins, si vous vous posez la question, s’il jamais il devait vivre une passion – chose qui n’arrivera certainement jamais - elle serait certainement empreinte de haine, car après tout, détester et maudire est ce qu’il sait faire le mieux. Il ne peut différencier ces deux sentiments pourtant tellement paradoxaux. Si jamais donc il lui arrivait de vous arracher les yeux ou de vous poursuivre sans relâche, il se pourrait que vous lui ayez tapé dans l’œil.




† History in a lifetime †



« Pourquoi suis-je né ? »

300 ans de vie m’ont fait oublier bien des choses. J’ai vécu trop longtemps pour me souvenir de la raison de mon existence. Mon passé ne se rapporte plus qu’à de vagues souvenirs, des bribes de mémoires qui parfois me reviennent, comme un flash, une vérité perdue qui vous arrive soudainement en pleine figure. Je ne sais donc pourquoi père et mère m’ont conçu… D’ailleurs, Je ne me souviens ni de leur visage, ni de leur voix. Je l’ai ai oublié et pourtant, je sais simplement qu’ils sont morts. Mais cela ne m’attriste pas. On perd tous nos parents un jour et mon âge avancé me permet de ne pas les regretter. Après tout, je suis capable de me débrouiller sans eux et puis, comment ressentir de la peine pour quelque chose qu’on a perdu et dont on se souvient à peine ? C’est comme si je ne les avais jamais connu. C’est peut-être mieux comme ça. La seule chose qui m’attriste dans leur mort est qu’ils ont emporté dans leur tombe le secret de ma naissance. Est-ce pour lier à jamais dans la chaire l’amour de deux créatures que j’ai été conçu ? Pour mener à bien une mission ? Accomplir un destin ? Je ne le sais, et peut-être ne le saurais-je jamais. C’est pour cela que je m’en suis inventé un. J’ai joué à Dieu et j’ai réécris ma destinée comme bon me semblait. J’ai craché sur ce passé que j’ai oublié et me suis tourné vers le présent, vers le futur ! Et même dans ma soumission, je suis devenu le maître car j’ai moi-même choisis quelles cordes me ligoteraient. Vous ne comprenez pas ? Pauvres idiots… Bien, je vais me montrer clément avec vous. Laissez-moi donc vous conter mon histoire.









† Hey, you what are you doing here ? †
    >

✖ Surnom de la house : Appelez moi comme vous voulez ~
✖ Comment ce newbie à finit chez les fou : A cause d'une maladie purulente qui commence par P et qui finit en este.
✖ Code du règlement : Il a trouvé by Peste 8D Oyeahh
✖ Un petit com's sur le forum ? J'AIME !!!




Revenir en haut Aller en bas
 

Never judge a book by its cover - UNDERCO.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» You can't judge a book by its cover | #JERA ♥
» 05. A book club ? Yes sir !
» Book 102
» The Book. [Eva, Sonata, Requiem]
» only god can judge me → le 27 septembre 2011 à 16h14

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Formalités ::  Dossiers d'identités-